PROFAN

PROFAN, acronyme pour Prévenir et Réduire les Overdoses – Former et Accéder à la Naloxone, est un programme qui facilite l’accès à la naloxone, un médicament servant d’antidote dans le cas de surdoses d’opioïdes.

Les ateliers et outils PROFAN ont été créés dans le but de rejoindre les clientèles les plus à risque de surdoses d'opioïdes et leurs proches, en offrant des ateliers de différentes durées, pour ainsi répondre aux réalités multiples des personnes visées.

Contexte

Entre mai et août 2014, 83 cas de surdoses sévères ont été signalés à la Direction de la santé publique de Montréal et 25 de ces surdoses étaient mortelles. Cette vague de surdoses, ainsi que celles qui sévissaient dans d'autres villes canadiennes et américaines, ont rapidement  préoccupé les associations d'usagers. Des actions concrètes ont alors été mises sur pied, et c'est dans ce contexte que l'idée de PROFAN a germé.

PROFAN a pris naissance en 2013 à Méta d'Âme, organisme d'entraide "par et pour"  les personnes dépendantes des opioides. Le projet se voulait innovateur dans la mesure où ce sont des usagers (personnes qui consomment ou ont déjà consommé des opioides) qui transmettent les connaissances à leurs pairs, dans le but de prévenir et réduire le nombre de surdoses, avec ou sans l'utilisation de la naloxone.

Très tôt dans la rédaction du projet, la Dre Marie Ève Goyer, du Cran, s'est jointe à Méta d'Âme,  faisant de PROFAN un projet conjoint des deux organismes.

Comme les cas de surdoses continuaient d'augmenter, la Direction de la Santé Publique de Montréal (DSP), dans sa stratégie pour lutter contre celles-ci, a soutenu le projet. Avec l'ajout de la DSP comme partenaire, ainsi que de l'Hôpital Douglas (volet évaluation et recherche), le "Comité de travail PROFAN" a vu le jour et le travail a pu débuter.

Accès à la naloxone

Au Québec, la naloxone n'était jusqu’alors disponible que pour les professionnels de la santé, notamment lors des soins pré-hospitaliers d’urgence et dans les hôpitaux, mais ne l'était aucunement en-dehors de ces conditions.

Le défi de permettre aux participants de PROFAN d'accéder à la naloxone demeurait de taille, mais fut relevé notamment grâce à de nombreuses rencontres et consultations, entre la DSP et le Collège des médecins, l'Ordre des Pharmaciens et l'Ordre de Infirmières, Urgences Santé,  etc.

L'accessibilité à la naloxone a ainsi été rendue possible par la rédaction d'une ordonnance collective, destinée aux pharmaciens (trois pharmaciens désignés dans le cadre de PROFAN), et valable pour tous les participants de la formation PROFAN (i.e. les personnes qui consomment ou ont déjà consommé des opioïdes ou autres drogues, leurs proches et les intervenants).

Parallèlement, d’autres membres du comité PROFAN préparaient les outils, sélectionnaient et formaient des pairs pour devenir "pairs-formateurs" et recrutaient les futurs participants.

Formation

Au cours de la première année, l'objectif de personnes à former fut atteint avec succès avec plus de 118 participants, qui sont maintenant aptes à intervenir en cas de surdoses, et possèdent tous une trousse de naloxone.

PROFAN a débuté en janvier 2016 sa 2e année d’activités.

La formation est gratuite, et disponible à Montréal seulement, pour les personnes qui consomment des drogues ou en ont déjà consommé, et leurs proches.

Le premier atelier de 2016, est prévu pour le jeudi le 17 mars.

Pour s'inscrire (pour cet atelier et les suivants), contacter :

Naloxone

La naloxone est efficace dans des cas de surdoses des opiacés/opioïdes, mais elle n’a pas d’effet pour les surdoses d’autres drogues, comme la cocaïne.

La naloxone est tout à fait sécuritaire. Si elle est administrée par erreur à une personne qui n'est pas en surdose aux opioïdes, le médicament n’a simplement aucun effet. De plus, la naloxone ne peut être utilisée comme une drogue. Elle ne provoque aucun effet euphorisant et ne crée aucune dépendance.

La trousse PROFAN contient :

  • Deux (2) ampoules de 1mL de NALOXONE HCL 0,4 mg/ml et un dispositif pour briser de manière sécuritaire l’ampoule;
  • Trois (3) seringues jetables de 3 ml avec aiguilles rétractables pour usage intramusculaire;
  • Deux (2) tampons alcoolisés;
  • Une (1) paire de gants;
  • Un (1) masque de manœuvre de réanimation jetable;
  • Une (1) copie du feuillet Instructions simplifiées;
  • Une (1) copie du Formulaire de suivi.

Intervention

Lors de leur formation à l’administration de la naloxone, les participants apprennent à suivre les étapes suivantes :

  • Stimulation verbale de la personne en surdose
  • Stimulation par la douleur (par exemple : frotter fortement le sternum de la personne pour voir si elle réagit)

Si aucune réaction :

  • 1.Composer le 911
  • 2.Administrer une première dose de naloxone
  • 3.Pratiquer la réanimation cardio-respiration (RCR), si nécessaire
  • 4.Administrer une deuxième dose de naloxone, si nécessaire

Compléments d’information

Un reportage de Dorothée Giroux, sur ICI Radio-Canada Première, qui a assisté à la formation sur l’administration de la naloxone, chez Méta d’Âme. La reporter a également interviewé la Dre Marie-Ève Goyer, médecin au Cran, et la Dre Carole Morissette, responsable médicale au secteur Vigie et protection au directeur de santé publique de Montréal. Pour écouter son reportage :
http://ici.radio-canada.ca/emissions/l_heure_du_monde/2015-2016/chronique.asp?idChronique=381452

Cet article sur le fonctionnement de la naloxone et qui explique comment les États-Unis changent drastiquement leur approche face à la dépendance, sur le site vox.com (en anglais) :
http://www.vox.com/2015/11/5/9671440/naloxone-painkiller-heroin-epidemic

Méta d’âme et le Cran ont réalisé une vidéo complémentaire à la formation PROFAN. D’une durée d’un peu moins de 10 minutes, elle revoit les notions apprises par les participants lors de cette formation.
https://www.youtube.com/watch?v=ec4BT2Sss3s&feature=youtu.be