Étude pilote ouverte : la desvenlafaxine comme traitement de la dépression chez les patients dépendants des opioïdes

La morbidité et la mortalité liées à la prise d’opiacés tels que l'héroïne et les opioïdes de prescription continuent à être des préoccupations grandissantes de santé publique. Malgré la disponibilité actuelle des thérapies de substitution pour les usagers dépendants aux opiacés, il y a encore un manque évident de médicaments efficaces pour le traitement de la dépression comorbide, une condition liée à de nombreuses conséquences négatives chez ces personnes.

La desvenlafaxine (DESV) est un antidépresseur qui a été approuvé au Canada pour traiter la dépression dans la population générale. De plus, il est bien toléré chez l'homme et il a une interaction minime avec le cytochrome P450.

Il est proposé de procéder à un projet de recherche (étude pilote ouverte; tous les patients recevront la médication active et aucun placebo ne sera administré) pour évaluer si la DESV est un traitement tolérable et acceptable chez des usagers dépendants des opiacés sous traitement de méthadone et souffrant de dépression comorbide. Les effets de cette médication sur les symptômes dépressifs seront aussi évalués.

La durée de l’étude est de huit semaines et est menée au Centre de recherche du CHUM sous la direction du Dr Didier Jutras-Aswad, en collaboration avec le Dr David Barbeau, co-chercheur et directeur médical du Centre de recherche et d'aide pour narcomanes (Cran). Le Cran est aussi impliqué dans le recrutement des participants. Ceux-ci se verront offerts un suivi approprié après la complétion de l’étude, y compris la possibilité de poursuivre la médication à l’étude. Une compensation monétaire est offerte aux usagers pour leur participation à l’étude.