Une solution à l'épidémie de surdoses mortelles : un antidote administré par les pairs

MONTRÉAL, le 18 juin 2014 /CNW Telbec/ - C'est en formant des pairs, des travailleurs de proximité et des membres de la famille et de l'entourage à administrer la naloxone, un médicament à utilisation simple qui agit comme antidote lors d'une surdose d'opioïdes, qu'on arrivera à contrôler l'escalade d'intoxications graves et de surdoses mortelles chez les personnes dépendantes à Montréal.

Avec données scientifiques à l'appui et l'expérience de projets semblables à Vancouver et à Toronto, ainsi qu'aux États-Unis, le Centre de recherche et d'aide pour narcomanes (Cran) et l'association d'usagers et de pairs aidants Méta d'Âme ont créé le projet PRO-FAN (Prévention et réduction des overdoses - Formation et accès à la naloxone). Ce projet-pilote vise à former des tierces personnes pour qu'elles viennent en aide aux utilisateurs d'opioïdes, réguliers ou occasionnels, en situation de surdose. Connue commercialement sous le nom de NARCAN®, l'antidote naloxone est utilisé en salle d'urgence pour renverser les effets d'une surdose, notamment la détresse respiratoire et l'arrêt cardiovasculaire.

Selon la Dre Marie-Ève Goyer, médecin au Cran, il est urgent de former les personnes qui sont près des usagers à risque, tels que les pairs, les membres de la famille et les policiers. À l'heure actuelle, même les ambulanciers n'ont pas le droit d'administrer ce médicament. C'est aussi sur un ton exaspéré que Guy Pierre Lévesque, directeur général de Méta d'Âme, martèle le besoin d'intervenir rapidement pour sauver des vies et prévenir qu'une prochaine personne succombe inutilement à une surdose.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a indiqué qu'il avait demandé à l'Institut national de santé publique du Québec de se pencher, d'ici septembre, sur des recommandations quant à l'administration de naloxone par des pairs, approche préconisée par le projet PRO-FAN, et sur d'autres avenues possibles afin d'étendre l'accès à la naloxone.

Le Cran et Méta d'Âme appellent le gouvernement à agir rapidement pour asseoir un encadrement juridique du projet PRO-FAN, financer le projet et en assurer la pérennité. Jeudi le 19 juin, le comité du projet, composé du Cran, de Méta d'Âme et du Centre de recherche de l'Institut Douglas, se réunira. La Direction de santé publique (DSP) de l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal se joindra à cette première rencontre.

En trame de fond à cette mobilisation, le dernier bilan de la DSP : depuis mai, 28 intoxications graves et 15 surdoses mortelles, du jamais vu en si peu de temps à Montréal. Les substances qui ont souvent été en cause dans le passé étaient des opioïdes illicites. La classe des opioïdes comprend l'héroïne, la morphine, les opioïdes médicamenteux tels que l'hydromorphone (Dilaudid®), l'oxycodone (OxyContin® ou OxyNeo®), ainsi que le fentanyl, un opioïdes 40 fois plus puissant que l'héroïne. On trouve régulièrement du fentanyl dans les drogues de synthèse fabriquées par des laboratoires clandestins.

«L'administration de naloxone par des tiers n'est pas une panacée, mais elle est clairement une solution efficace. Elle s'inscrit dans un souhait d'élargir la pharmacopée au Québec, qui comprend les traitements de substitution à la méthadone ou la buprénorphine, mais qui devrait aussi inclure la prescription médicale d'opioïdes injectables et les services d'injection supervisée. Ce sont là des traitements et services hautement performants et rentables et dont les coûts sont nettement inférieurs à ceux liés à l'hospitalisation, la judiciarisation et la criminalité. En outre, ces traitements et services agissent comme porte d'entrée dans le système de santé et encouragent la réinsertion», souligne la Dre Goyer.

-30-

Ivanka Stewart-Patterson
Responsable des communications, Cran
514 527-6939 poste 226
ivanka.stewart-patterson.cran@ssss.gouv.qc.ca

Guy Pierre Lévesque
Directeur général, Méta d'Âme
514 528-9000
gplevesque@metadame.org

 

English version

A solution to the epidemic of fatal overdoses: an antidote administered by peer helpers

MONTREAL, June 18, 2014 /CNW Telbec/ - Training peer helpers, outreach workers and family members and friends to administer naloxone, a simple-to-use medication used as an antidote for overdoses of opioids, will make it possible to arrest the escalation of severe poisonings and fatal overdoses among drug users in Montreal.

With the support of scientific data and experience gained in similar projects in Vancouver and Toronto, as well as in the United States, the Centre de recherche et d'aide pour narcomanes (Cran), an addiction research and assistance centre, and Méta d'Âme, an association of users and peer helpers, have launched a project known as PRO-FAN (prevention and reduction of overdoses - training on, and access to, naloxone). This pilot project aims to train third parties to come to the assistance of regular or occasional users of opioids who fall victim to an overdose. Known by the brand name NARCAN®, naloxone is an antidote that is used in emergency rooms to reverse the effects of an overdose, in particular respiratory distress and heart failure.

According to Dr. Marie-Ève Goyer, a physician at Cran, it is urgent that we train people who are close to users at risk; these people include peer helpers, family members and the police. At this point in time, even ambulance attendants are not allowed to administer this drug. It is also with some exasperation that Guy Pierre Lévesque, Director General of Méta d'Âme, stresses the need to act quickly to save lives and prevent further victims from succumbing to an overdose.

The Ministère de la Santé et des Services sociaux has stated that it has asked the Institut national de santé publique du Québec to develop recommendations, by September, regarding the administration of naloxone by peer helpers, an approach that is advocated by the PRO-FAN project, as well as other possible avenues for expanding access to naloxone.

Cran and Méta d'Âme are urging the government to act quickly to put a legal framework in place for the PRO-FAN project, provide funding for the project and make it sustainable. The project committee, consisting of Cran, Méta d'Âme and the Douglas Institute Research Centre, will meet on Thursday, June 19. The public health department of the Agence de la santé et des services sociaux de Montréal will also attend this first meeting.

By way of background on these efforts, here are the latest statistics from the public health department: since May there have been 28 cases of severe poisoning and 15 fatal overdoses—a tally never seen before in such a short period of time in Montreal. The substances that were often involved in the past were illegal opioids. The opioid class includes heroin, morphine, prescription opioids such as hydromorphone (Dilaudid®), oxycodone (OxyContin® or OxyNeo®), and fentanyl, an opioid 40 times more potent than heroin. Fentanyl is often found as an ingredient in synthetic drugs manufactured by clandestine laboratories.

"The administration of naloxone by third parties is not a panacea, but it is clearly an effective solution. It is part of a desire to expand the pharmacopeia in Quebec, which includes substitution treatments using methadone or buprenorphine, but which should also include medical prescriptions for injectable opioids and supervised injection services. These treatments and services are highly productive and cost-effective, and far cheaper than the costs associated with hospital care, legal proceedings and the fight against crime. Furthermore, they serve as a gateway to the healthcare system and encourage social reintegration," points out Dr. Goyer.

-30-

Ivanka Stewart-Patterson
Communications Officer, Cran
514 527-6939 ext. 226
ivanka.stewart-patterson.cran@ssss.gouv.qc.ca

Guy Pierre Lévesque
Director General, Méta d'Âme
514 528-9000
gplevesque@metadame.org