Guides de référence

Troubles liés à l'usage des opioïdes

A Guideline for the Clinical Management of Opioid Addiction (VCH)

Vancouver Coastal Health
Providence Health Care

Ces lignes directrices du soutiennent l'utilisation de la buprénorphine/naloxone comme substance de premier choix dans le traitement de la dépendance aux opioïdes. Cette recommandation, écrivent les auteurs, est en en accord avec la documentation de plus en plus importante établissant la supériorité de la buprénorphine par rapport à la méthadone, notamment en raison de ses risques plus faibles de surdoses.

La buprénorphine dans le traitement de la dépendance aux opioïdes – Lignes directrices (juin 2009)

Le Collège des médecins du Québec (CMQ) et l’Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ)

Les lignes directrices portent sur la pharmacologie de la buprénorphine; le traitement de substitution à la buprénorphine ou intervention prolongée (critères d’admissibilité, évaluation médicale et psychosociale, contrat thérapeutique et plan de traitement); les principes d’utilisation de la buprénorphine/naloxone dans un traitement de substitution à court ou long terme; les tests urinaires; les services pharmaceutiques; le choix du médicament dans le traitement de la dépendance aux opioïdes; le changement de médicament de substitution; la douleur chronique et la dépendance aux opioïdes; et d’autres aspects du traitement à la buprénorphine. 

Lignes directrices nationales de l’Inititative canadienne de recherche en abus de substance (ICRAS) sur la prise en charge clinique du trouble lié à l’usage d'opioïdes (2018)

Les Lignes directrices nationales de l’ICRAS sur la prise en charge clinique du trouble lié à l’usage d’opioïdes constituent un outil éducatif détaillé pour le traitement optimal du trouble de l’usage d’opioïdes (TLUO) basé sur des données probantes.

Onze recommandations y sont présentées, abordant les différentes options de traitement de première et seconde ligne, les traitements complémentaires ou alternatifs, et les stratégies complémentaires de réduction des méfaits.

Voici brièvement ces onze recommandations :

  • Amorcer un traitement par agonistes opioïdes (TAO) avec la buprénorphine-naloxone, si possible, afin de réduire le risque de toxicité, de morbidité et de mortalité, et pour faciliter une prise plus sécuritaire des doses sans supervision/à emporter. 
  • Dans le cas où la buprénorphine-naloxone est peu ou partiellement efficace, envisager une transition vers un traitement avec la méthadone.
  • Commencer un TAO avec la méthadone lorsque le traitement au moyen de la buprénorphine-naloxone n’est pas l’option de choix. 
  • Dans le cas des patients pour qui les options de traitement de première et de deuxième lignes sont inefficaces ou contre-indiquées, il est possible d’envisager le TAO avec la morphine orale à libération lente (prescrite au départ en doses quotidiennes supervisées). 
  • Éviter de proposer la prise en charge du sevrage isolément. 
  • Lorsque la prise en charge du sevrage (sans transition vers un TAO) est adoptée, effectuer une diminution lente de la dose d’agoniste opioïde sous supervision (>1 mois)
  • Pendant la prise en charge du sevrage à l’aide d’agonistes opioïdes, les patients devraient effectuer une transition vers un traitement à long terme de la dépendance.
  • Dans le cas des patients stables sous TAO, dont le traitement fonctionne, et qui souhaitent le terminer, évaluer la possibilité d’effectuer une diminution progressive de la dose (échelonnée sur plusieurs mois, voire des années, selon le patient). 
  • Des soins continus de la dépendance devraient être offerts dès que le patient cesse complètement toute consommation d’opioïdes. Proposer systématiquement des traitements et interventions psychosociales et d’accompagnement, sans qu’ils soient perçus comme conditionnels ou obligatoires à l’accès au TAO. 
  • Si le patient cesse complètement de consommer des opioïdes, considérer la prise de naltrexone comme traitement complémentaire.
  • Dans le cadre des soins de base des TLUO, de l’information et une orientation vers les programmes de naloxone sans supervision/à emporter, les services de réduction des méfaits (p. ex., distribution de matériel stérile de consommation) et autres services et soins de santé disponibles, devraient être offerts systématiquement aux patients.

Lignes directrices nationales opioïdes ICRAS (PDF)
Management of Opioids (PDF)

Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux − Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-V)

Le DSM-V est la cinquième édition du DSM (en anglais, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) ou Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux,  de l'American Psychiatric Association (APA) ou Association américaine de psychiatrie (AAP).

Voir la section Troubles liés à une substance et troubles addictifs – Substance-Related and Addictive Disorders

Pour se procurer la version française du DSM-V, cliquez ici.

Protocole de traitement de l’intoxication aiguë aux opioïdes

Bulletin d'information toxicologique, Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)

Les opioïdes constituent une vaste classe pharmacologique réunissant des dérivés naturels de la plante papaver somniferum de même que des composés semi-synthétiques et synthétiques. Les intoxications aux opioïdes sont fréquentes et peuvent entraîner des conséquences graves allant jusqu’au décès. Ces molécules agissent principalement sur trois grandes familles de récepteurs : mu,delta et kappa. La triade classique de l’intoxication aux opioïdes est constituée de dépression respiratoire, de diminution de l’état de conscience et de myosis. De ces trois éléments, la dépression respiratoire constitue la caractéristique principale de laquelle découle la majorité de la morbidité et de la mortalité associées à ces intoxications. Le diagnostic de ces intoxications est principalement clinique et le traitement repose sur le maintien de la perméabilité des voies respiratoires et des fonctions d’oxygénation et de ventilation ainsi que sur l’utilisation rationnelle de la naloxone, un antagoniste compétitif des récepteurs mu permettant de renverser complètement la toxicité des opioïdes. La surveillance, tant chez le sujet exposé à un opioïde et initialement asymptomatique que chez celui ayant nécessité un traitement avec la naloxone, est de toute première importance et constitue la meilleure garantie de sécurité dans ces circonstances.

Présentation sur les lignes directrices pancanadiennes sur la prise en charge clinique des TLUO

Initiative canadienne de recherche en abus de substance (ICRAS)
Canadian Research Initiative in Substance Misuse (CRISM)

Les lignes directrices consistent en 11 recommandations MACRO sur les meilleurs traitements disponibles pour la dépendance aux opioïdes. Fondées sur une revue exhaustive des données probantes disponibles, elles sont inspirées des dernières lignes directrices élaborées par le pôle Colombie-Britannique du CRISM pour le BC Centre on Substance Use. Voici une présentation de la Dre Julie Bruneau, chercheuse prinicipale désignée pour le projet OPTIMA et directrice du pôle Québec-Maritimes du CRISM. (Le projet OPTIMA est une étude pancanadienne qui évalue de nouveaux modèles de soins en dépendance dans le but d'augmenter l'attrait, l'adhésion et l'efficacité de ces traitements. L'objectif est de comparer différents modèles de soins impliquant les deux traitements standards au Canada pour la dépendance aux opioïdes, à savoir la méthadone et la buprénorphine/naloxone).

Pour plus d'information sur le projet OPTIMA : http://qmcrism-icras.com/fr/project/optima/

Questionnaire pour une demande d’exemption pour la prescription de méthadone

Le Collège des médecins du Québec

  • Questionnaire pour une demande d’exemption (destiné aux médecins)
  • Questionnaire pour une demande d’exemption restrictive (destiné aux résidents en médecine)

Répertoire des compétences médicales en gestion de la douleur non cancéreuse et en prescription d’opioïdes

Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)

L’INSPQ a publié, en collaboration avec le Collège des médecins du Québec, la Faculté de  médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et le Cran, un Répertoire des compétences médicales en gestion de la douleur non cancéreuse et en prescription d’opioïdes. Ce projet, initié par le Fonds des initiatives communautaires de la Stratégie antidrogue (FICSA), répondait à deux objectifs : dresser un état de la situation sur la pratique médicale et la prescription de médicaments opioïdes, et répondre aux besoins ainsi soulevés en organisant de la formation pour les médecins cliniciens et les futurs médecins.

Utilisation de la méthadone dans le traitement de la toxicomanie aux opiacés – Lignes directrices (octobre 1999)

Comprend une modification aux lignes directrices, ainsi que la politique sur l’utilisation de capsules de méthadone (2004).

Le Collège des médecins du Québec (CMQ)  et l’Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ)

Les lignes directrices portent sur le mode d’action de la méthadone; le traitement de maintien à la méthadone ou intervention prolongée (critères d’admissibilité, évaluation médicale et psychosociale, contrat thérapeutique, plan de traitement); les tests urinaires; les services pharmaceutiques; le traitement de la douleur et le programme de méthadone; les comorbidités psychiatriques; certains aspects administratifs reliés à la prescription de la méthadone (par ex. l’exemption spécifique), etc. 

Douleur chronique

CDC Guideline for Prescribing Opioids for Chronic Pain – United States, 2016

Centers for Disease Control and Prevention

Publiées en mars 2016, les nouvelles lignes directrices des Centers for Disease Control and Prevention guident les médecins dans la prescription sûre des médicaments opioïdes pour la gestion de la douleur chronique.

CDC Guideline

Douleur chronique et opioïdes, l’essentiel

Lignes directrices du Collège des médecins du Québec

Le Collège des médecins du Québec propose ici un cadre de référence pour les médecins qui administrent des opioïdes à des patients souffrant de douleur chronique non cancéreuse, notamment les douleurs qui ne répondent pas aux traitements usuels. 

Interagency Guideline on Prescribing Opioids for Pain

Washington State Agency Medical Directors’ Group (AMDG)

Ces lignes directrices se veulent une référence facile d’utilisation par les cliniciens qui dispensent des soins en première ligne. Chaque section contient une liste de recommandations cliniques appuyées par des données scientifiques. On trouve plusieurs ressources en annexe. 

Points-clés, énoncés de bonnes pratiques et recommandations -- Lignes directrices canadiennes de 2017 visant l'ordonnance des opioïdes

Centre canadien de lutte contre les toxicomanies
Association médicale canadienne
Le Collège des médecins de famille du Canada
MDcme.ca
Centre national Michael G. DeGroote de recherche sur la douleur de l'Université McMaster
Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada

En format pratique de tableau, cet outil clinique présente les points essentiels des lignes directrices canadiennes dont la rédaction a été coordonnée par le Centre national Michael G. DeGroote de recherche sur la douleur de l'Université McMaster. Le tableau a été élaboré par des organisations médicales et nationales qui ont formé le groupe «Collaboration pancanadienne relative à l'éducation pour la prescription améliorée des opioïdes». Le Groupe souligne que les lignes directrices sont essentielles pour appuyer une prise de décision clinique fondée sur les données probantes les plus récentes et les conseils d'experts sur l'utilisation des opioïdes pour la prise en charge de la douleur chronique non cancéreuse.  

Document PDF Français

Document PDF Anglais

Recommandations canadiennes 2017 sur l’utilisation des opioïdes pour le traitement de la douleur chronique non cancéreuse

Centre national de recherche sur la douleur (National Pain Centre), Université McMaster, Hamilton

Santé Canada a confié au Centre national de recherche sur la douleur de l'Université McMaster la mise à jour du document Canadian Guidelines for Safe and Effective Use of Opioids for Chronic Non-Cancer Pain qui avait été élaboré par le groupe d'études National Opioid Use Guideline Group -- NOUGG, créé en 2007. Les recommandations canadiennes 2017 sont disponibles en versions anglaise et française :

 

http://nationalpaincentre.mcmaster.ca/guidelines.html

 

http://nationalpaincentre.mcmaster.ca/documents/FRENCH%20guideline.pdf

Répertoire de lignes directrices provinciales sur le traitement des méfaits découlant de l’usage de médicaments d’ordonnance, mars 2015 – Inventory of Guidelines on the Treatment of Harms Resulting from Prescription Drug Use, March 2015

Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH), Gouvernement de la Nouvelle-Écosse,  Centre canadien de lutte aux toxicomanies (CCLT)

Ce site donne accès à une foule de renseignements sur les lignes directrices provinciales en matière de programmes de traitement à la méthadone, de gestion du sevrage, de mésusage de médicaments d’ordonnance et autres troubles liés à l’usage des opioïdes, et de soulagement de la douleur.

Réseaux universitaires intégrés de santé (RUIS)

Il s’agit de quatre réseaux rattachés respectivement aux universités Laval, McGill, de Montréal et de Sherbrooke. Les RUIS ont été créés afin de favoriser la concertation, la complémentarité et l'intégration des missions de soins, d'enseignement et de recherche des établissements de santé ayant une désignation universitaire et des universités auxquelles ces établissements sont affiliés.

Société américaine de la médecine des toxicomanies : Lignes directrices sur l’utilisation des médicaments pour le traitement de la dépendance induite par les opioïdes

Centers for Disease Control and Prevention (CDC) CDC Guideline for Prescribing Opioids for Chronic Pain — United States, 2016

Ces lignes directrices sont destinées aux cliniciens qui prescrivent une pharmacothérapie aux personnes qui sont aux prises avec un trouble de l’usage des opioïdes. Elles fournissent de l’information sur les traitements éprouvés scientifiquement.